Glossaire

Aciculaire : en forme d’aiguille ; s’applique particulièrement aux feuilles.

Acicule : feuille allongée et grêle, en forme d’aiguille, comme les feuilles des pins.

Accrescent : qui continue de se développer même après être entièrement formé.

Actinomorphe : à forme ou symétrie radiée ; dans le cas des fleurs, lorsqu’elles présentent deux plans de symétrie ou davantage.

Aculé : pourvu d’aiguillons.

Acuminé : qualifie essentiellement les organes foliacés qui s’affinent nettement vers le sommet et se terminent en pointe ou acumen.

Adné : uni ou fusionné.

Adventice : dénomination réservée aux racines qui naissent directement des tiges aériennes ou rameaux de certaines plantes, comme le lierre, et qui leur permettent d’adhérer aux supports sur lesquels elles grimpent.

Aiguillon : émergence épineuse, comme celles des rosiers et des ronces.

Aigrette : ensemble des écailles ou des poils fréquemment présents sur la partie apicale du fruit des Composées.

Akène : fruit sec et indéhiscent, monosperme, à péricarpe non soudé à la graine.

Allochtone : qualifie les espèces présentes dans un pays ou un lieu duquel elles ne sont pas indigènes ou originaires.

Allopatrique : qui se développe dans un territoire distinct.

Alvéolé : dont la surface présente de petites dépressions.

Amplexicaule : voir Engainant.

Androcée : ensemble des étamines (organes sexuels mâles) d’une fleur.

Anthère : partie plus ou moins volumineuse de l’étamine, à l’intérieur de laquelle se forme le pollen.

Anthèse : moment de la floraison.

Anthropique : dû à la présence de l’homme ou relatif à l’activité humaine.

Anthropisé : qui est soumis à des perturbations provoquées par l’activité humaine.

Apérianthe : se dit d’une fleur dépourvue de périanthe.

Apétale : se dit d’une fleur dépourvue de pétales.

Apical : relatif à l’apex ou au sommet, ou localisé sur ce dernier ou à proximité.

Apiculé : qui se termine en pointe courte, à l’instar du bec d’un oiseau.

Aphylle : sans feuilles.

Apophyse : dans les strobiles des conifères, partie saillante des écailles séminifères.

Appendice : prolongement ou saillant d’un organe.

Appliqué : qualifie un organe ou une émergence qui se développe et se dispose adossé ou appuyé sur l’axe ou la surface sur laquelle il s’insère.

Apprimé : voir Appliqué.

Aptère : sans ailes (expansions laminaires).

Arachnoïde : se dit des poils (ou des organes qui en sont couverts), lorsque ces derniers sont longs, fins et entrelacés comme les fils d’une toile d’araignée. 

Arcestide : formation séminifère, à aspect de fruit un peu charnu, typique des genévriers et des thuyas. Voir Galbule.

Arête : pointe longue, fine et rigide.

Arille : excroissance plus ou moins charnue qui apparaît à la surface de certaines graines.

Article : chacun des segments ou divisions d’une tige ou d’un fruit.

Arundinacé : semblable à une canne ou à un roseau.

Auricule : appendice ou lobe foliacé à la base d’une feuille, bractée ou pétale, généralement petit et arrondi, en guise d’oreille.

Auriculé : qui présente des auricules.

Autochtone : se dit d’une espèce indigène, originaire du pays ou du lieu où elle se trouve.

Bacciforme : semblable ou qui rappelle la forme d’une baie.

Baie : fruit indéhiscent, à enveloppe externe (épicarpe) généralement très fine et à paroi interne (mésocarpe) épaissie et charnue.

Basifixe : soudé au niveau de sa base. Dans le cas des anthères, désigne celles dont le filet est inséré par sa base.

Bifacial : qui présente deux faces ou superficies différentes.

: qualifie une espèce qui n’a que deux feuilles, souvent basales comme certaines Orchidacées.

Bifoliolée : se dit d’une feuille qui possède deux folioles.

Bifurqué : qualifie un organe (par ex., une tige) qui a la forme d’une fourche. Dichotome.

Bilabié : qui possède deux lèvres. Chez de nombreuses fleurs, on nomme ainsi la corolle ou le calice lorsque leurs pièces, unies à la base, présentent une partie distale qui ressemble à des lèvres opposées.

Bipenné : se dit des feuilles deux fois pennées.

Biserré : se dit du bord d’un organe (par ex., une feuille) lorsqu’il est doublement serré. 

Bourgeon, Bouton : rudiment de pousse protégé par des feuilles squamiformes, et qui donnera naissance à un rameau, une feuille ou une fleur.

Brachyblaste : tige à croissance limitée, à nœuds très rapprochés.

Bractée : feuille plus ou moins modifiée, différente des feuilles normales, qui apparaît sur les inflorescences.

Bractéole : bractée plus ou moins différentiée qui apparaît sur le pédoncule ou à la base de la fleur.

Brévistyle : se dit d’une fleur à style court. Voir Longistyle.

Caduc : qui tombe ou se détache rapidement après sa formation.

Caducifolié : se dit d’un arbre ou arbuste à feuilles caduques lors de l’époque défavorable de l’année.

Calcifuge : qui se développe mal ou ne peut pas vivre sur sols calcaires.

Calice : verticille externe du périanthe de la fleur, généralement verdâtre, formé par les sépales.

Campanulé : en forme de cloche.

Canaliculé : qui présente un ou plusieurs canaux ou sillons. Cannelé.

Canescent : couvert de poils blancs.

Capité : qualifie les stigmates lorsqu’ils sont arrondis comme la tête d’une épingle.

Capitule : inflorescence caractéristique des Composées, notamment. Elle se compose d’un réceptacle, plus ou moins élargi et épaissi, sur lequel sont insérées les unes à côté des autres de nombreuses fleurs sessiles, généralement entourées d’une ou de plusieurs rangées de bractées (involucre), comme dans le cas du tournesol.

Capituliforme : se dit d’une inflorescence qui ressemble à un capitule.

Capsule : fruit sec, formé d’au moins deux carpelles soudés, qui s’ouvre à maturité pour libérer les graines.

Carène : proéminence allongée qui parcourt longitudinalement la surface d’un fruit ou d’une fleur, comme la quille d’un bateau qui parcourt toute la longueur de la coque. Désigne également, chez les fleurs papilionacées des Fabacées, l’ensemble des deux pétales inferieurs.

Caréné : qui présente une carène.

Caroncule : excroissance charnue au niveau du micropyle de certaines graines, liée à la dispersion des graines par les animaux.

Caronculé : qui possède une caroncule.

Carpelle : chacun des organes constitutifs du verticille sexuel féminin d’une fleur ; par essence, feuilles transformées en forme d’urnes qui abritent les rudiments séminaux.

Cartacé : qui ressemble ou qui a la consistance du papier ou d’un parchemin.

Caryopse : fruit indéhiscent des Poacées, chez lequel l’endocarpe adhère étroitement à la graine.

Caudé : qui se termine par un prolongement ou appendice allongé en guise de queue.

Caulinaire : qui se rapporte aux tiges.

Cécidie : excroissance tumorale ou hypertrophie induite sur les organes d’une plante en réponse à la piqûre ou la ponte de certains insectes ou à l’action de certains parasites.

Chamæphyte : buisson ou arbuste de petite taille dont les bourgeons survivent au cours de l’hiver, protégés par la ramure, ou la neige.

Charnu : se dit des tiges, feuilles et fruits fortement hydratés, qui ont la consistance de la chaire.

Chaton : inflorescence compacte, généralement pendante, à fleurs unisexuées de très petites dimensions.

Cil : poil fin et plus ou moins long disposé sur le bord d’un organe, comme ceux d’une paupière.

Cilié : qui possède des poils fins, particulièrement sur le bord d’un organe laminaire, disposés en guise de cils.

 

Circiné : enroulé en spirale depuis la base jusqu’au sommet, comme les poils de certains genêts.

Circoncise : en référence à une capsule, qui s’ouvre en suivant une ligne transversale sur l’ensemble de son contour et dont la partie apicale se détache comme un couvercle.

Cladode : rameau comprimé ou laminaire formé d’un seul entrenœud, au sein duquel se déroule la photosynthèse.

Clavé : en forme de garrot ou de massue, progressivement élargi jusqu’à un sommet arrondi. Claviforme.

Climacique : qui se trouve dans le climax.

Climax : étape de développement biologique maximal au sein de la succession de communautés végétales.

Composé : se dit d’une feuille au limbe scindé en divisions ou folioles.

Concolore : dont les différentes parties sont de la même couleur.

Cône : voir Strobile

Connivent : en référence à des organes opposés ou verticillés, qui convergent vers le sommet sans être soudés.

Contemporain : qui apparaît au même moment.

Cordé : en forme de cœur ; s’applique habituellement à la base de la feuille lorsqu’elle rappelle la partie inférieure du cœur.

Cordiforme : voir Cordé.

Coriace, coriacé : à consistance plus ou moins dure, tenace et flexible, comme le cuir.

Corolle : verticille interne du périanthe, généralement de couleurs vives.  Elle est conformée par les pétales.

Corymbe : inflorescence à pédicelles floraux insérés à diverses hauteurs le long de l’axe principal, mais dont les fleurs sont situées au même niveau.

Corymbiforme : se dit d’une inflorescence qui ressemble à un corymbe.

Crénelé : qualifie les organes laminaires, comme les feuilles, lorsque leur bord possède des dents très obtuses ou arrondies.

Crénelure : dent arrondie sur le bord d’une feuille ou d’un organe laminaire.

Crénulé : crénelé, mais à très petites dents.

Crêpé : qualifie les feuilles à bord frisé, très ondulé, ainsi que les poils lorsqu’ils sont bouclés.

Cuculé : dont les bords enroulés vers l’intérieur donnent la forme d’un capuchon.

Cunéiforme : en forme de coin ; s’applique habituellement à la forme de la base des feuilles ou autres organes laminaires.

Cupule : organe protecteur qui enveloppe la base ou l’ensemble du fruit à maturité, comme la cupule des glands.

Cuspidé : chez de nombreux organes foliacés ou massifs, se dit lorsque l’extrémité se rétrécit abruptement en une pointe ou cuspide.

Cyathe : chez les Euphorbiacées, inflorescence qui s’apparente à une fleur et constituée d’un involucre en forme de coupe qui entoure plusieurs fleurs mâles réduites à une étamine et une fleur femelle centrale.

Cyme : inflorescence dont l’axe principal se termine par une fleur et est surpassé en croissance par les axes latéraux.

Cynorrhodon : fruit charnu complexe des rosiers, formé par le réceptacle en coupe de la fleur qui héberge en son intérieur les fruits vrais.

Cypsèle : type d’akène produit à partir d’un ovaire infère doté de plus d’un carpelle.

Décombant : se dit des tiges qui, exception faite de leur apex, croissent inclinées ou étendues sur le sol.

Décurrente : se dit d’une feuille, lorsque la partie inférieure de son limbe se prolonge sur la tige en formant des ailes ou lignes plus ou moins accentuées.

Déhiscence : ouverture d’un organe, comme cela se produit pour de nombreux fruits à maturité, à l’instar par exemple de la pomme de pin.

Denticulé : finement denté.

Diadelphe : qualifie un androcée dont les étamines sont disposées en deux groupes.

Dialypétale : se dit d’une fleur dont les pétales sont séparés entre eux depuis leur base.

Dichotome : voir Bifurqué.

Didyname : androcée à quatre étamines dont deux sont plus longues que les autres, comme dans le cas des fleurs de nombreuses Lamiacées.

Difollicule : fruit à deux follicules, comme celui du laurier-rose.

Dioïque : se dit des pieds ou des individus toujours unisexués, c’est à dire qui ne produisent que des fleurs d’un même sexe.

Discolore : qui présente différentes couleurs.

Distique : qualifie les feuilles et ramilles disposées en deux rangées opposées.

Dithèque : se dit d’une anthère qui possède deux thèques ou loges (chacune pourvue de deux microsporanges).

Divariqué : se dit des ramifications lorsque les rameaux sont divergents.

Drupe : fruit charnu et déhiscent, dont la membrane la plus interne –endocarpe– est sclérifiée, à consistance pierreuse, et qui héberge la graine en son intérieur.

Ébractée : se dit d’une inflorescence ou d’une fleur dépourvue de bractées.

Échancré : voir Émarginé.

Échinulé : pourvu de petites épines ou aiguillons.

Édaphique : qui se rapporte au sol.

Églandulaire : voir Églanduleux.

Églanduleux : qui est dépourvu de glandes.

Émarginé : qualifie les organes laminaires, comme les feuilles, dont le sommet présente une échancrure peu prononcée.

Endocarpe : enveloppe interne de la paroi du fruit ou du péricarpe.

Endroit : se rapporte à la face supérieure ou adaxiale du limbe de la feuille.

Engainant : qui forme une gaine qui entoure complètement ou partiellement une partie de la plante. Embrassant.

Ensiforme : qui est long, étroit, à bords parallèles terminés en pointes effilées, comme une épée.

Épars : peu dense.

Éperon : protubérance conique plus ou moins allongée qui apparaît parfois à la base des feuilles ou des pièces florales. Ceux des fleurs accumulent habituellement du nectar. Dans certains cas, les éperons foliaires peuvent se transformer en épines, comme dans le cas de certaines asperges.

Épi : inflorescence simple, non ramifiée, à fleurs sessiles disposées le long d’un axe de manière plus ou moins serrée.

Épicalice : involucre additionnel à mode de calice supplémentaire.

Épicarpe : enveloppe externe du péricarpe.

Épigyne : qualifie la fleur dont les sépales, pétales et étamines s’insèrent à un niveau supérieur à celui de l’ovaire, ce dernier étant partiellement ou totalement renfoncé dans le réceptacle (ovaire infère). Voir Hypogyne.

Épillet : unité élémentaire de l’inflorescence des Poacées. C’est un épi simple, de petite taille, et qui, regroupé avec de nombreux autres, conforme tous les types d’inflorescences composées de cette famille.

Étamine : organe sexuel mâle de la fleur, habituellement constitué d’un filet au sommet duquel se situe un renflement ou anthère, lieu de formation du pollen.

Étendard : pétale supérieur de la corolle de nombreuses Fabacées.

Étoilé : en forme d’étoile, dont les parties sont disposées de manière radiale autour d’un centre.

Exsert : saillant, comme les étamines de nombreuses fleurs lorsqu’elles dépassent le périanthe.

Falqué : se dit d’un organe laminaire recourbé, en forme de faucille.

Farinacé : qui présente l’aspect ou la texture de la farine.

Farineux : comme couvert d’une poudre blanche, qui confère un aspect farinacé.

Fascicule : petit groupe de feuilles, fleurs, etc., qui naissent en un point unique ou qui sont très rapprochées.

Fasciculé : qui est pourvu de ou disposé en fascicules.

Festonné : voir Crénelé.

Filet : voir Étamine.

Filiforme : très fin et allongé, qui a l’aspect d’un fil.

Fimbrié : se dit d’un organe laminaire dont le bord est découpé en segments étroits ou lanières.

Floconneux : qualifie les organes recouverts de poils agglomérés en flocons.

Floscule : désigne les fleurs tubuleuses hermaphrodites qui occupent le disque central des capitules radiés des Composées. Fleuron.

Flosculeux : à fleurs tubuleuses (foscules ou fleurons).

Foliacé : qui a l’apparence d’une feuille.

Foliaire : qui se rapporte aux feuilles.

Foliole : chacune des pièces laminaires élémentaires d’une feuille composée, articulées sur le rachis ou sur les divisions de ce dernier.

Follicule : fruit monocarpellaire, sec et déhiscent le long d’une suture ventrale.

Fovéolé : qui présente de petites fossettes (fovéoles) superficielles.

Funicule : cordon qui relie le rudiment séminal ou la graine au placenta.

Gaine : base élargie des feuilles qui enveloppe la tige. Chez les pins, il s’agit de la structure qui réunit les feuilles en groupes de deux ou trois.

Galbule : strobile charnu qui héberge les graines chez certaines Gymnospermes (comme les genévriers).

Galériculé : en forme de casque, se référant en particulier aux pétales ou autres organes laminaires.

Galle : cécidie à forme globuleuse. Excroissance commune par exemple sur certains chênes.

Gamopétale : voir Sympétale.

Géminé : en paire, accouplé. De nombreuses fleurs sont disposées de cette manière.

Géniculé : articulé ou qui change brusquement de direction.

Gibbeux : qui présente une petite partie saillante semblable à une bosse, comme les écailles de la cupule de nombreux glands.

Glabre : dépourvu de poils. Imberbe.

Glabrescent : presque glabre, qui présente très peu de poils.

Glande : cellule ou ensemble de cellules capables d’accumuler ou de libérer une sécrétion.

Glanduleux : qui possède une ou plusieurs glandes.

Glaucescent : presque glauque ou qui le devient.

Glauque : de couleur vert-bleuâtre.

Glomérule : groupe serré de fleurs à forme globuleuse.

Gynécée : ensemble des carpelles (pièces femelles) d’une fleur.

Gynobasique : se dit des styles qui semblent naître de la base du pistil et non de son apex.

Gynodoïque : qualifie une plante dont certains pieds portent des fleurs hermaphrodites et d’autres uniquement des fleurs femelles.

Gynostège : désigne tout organe distinct du périanthe qui protège le gynécée.

Gynostème : chez les Apocynacées et Orchidacées, désigne la structure intégrée par la colonne staminale et la tête du stigmate.

Halophyte, halophile : termes similaires qui qualifient une plante qui se développe bien en milieux salés.

Hasté : qualifie un organe laminaire qui présente deux lobes divergents à sa base.

Haustorium : organe des plantes parasites par lequel elles absorbent les nutriments contenus dans les cellules de la plante hôte.

Héliophile : qui vit sans difficulté dans des lieux très exposés à l’ensoleillement.

Hémicryptophite : plante qui perd ses parties aériennes chaque année et dont les bourgeons persistent protégés au niveau du sol.

Hémiparasite : se dit d’une plante qui, bien que pourvue d’haustoriums, est également capable de réaliser la photosynthèse.

Hermaphrodite : qualifie les fleurs qui possèdent des organes mâles et femelles, ou les plantes qui remplissent cette condition.

Hétérogame : se dit du capitule des Composées lorsqu’il présente au moins deux types de fleurs du point de vue sexuel.

Hirsute : recouvert de poils raides, rugueux au toucher.

Hispide : recouvert de poils très raides et presque piquants.

Holarctique : propre de la région biogéographique holarctique, qui comprend la plupart des territoires de l’hémisphère nord situés au-dessus du 20ème parallèle.

Homogame : se dit du capitule des Composées lorsqu’il présente toutes les fleurs identiques du point de vue sexuel.

Hyalin : très transparent.

Hybride : individu issu du croisement de géniteurs d’espèces ou de sous-espèces différentes.

Hypanthe : réceptacle plus ou moins en forme de coupe ou tubuleux qui enveloppe l’ovaire infère d’une fleur. Hypanthium.

Hypocotyle : partie de l’axe principal de l’embryon ou de la plantule située entre la radicule et l’insertion des cotylédons.

se dit d’une corolle à tube long et étroit, qui s’élargit abruptement en un limbe patent à forme de soucoupe très évasée.

Hypogyne : de dit d’une fleur dont les sépales, pétales et étamines s’insèrent en dessous ou au même niveau que l’ovaire (ovaire supère). Voir Épigyne.

Imbriqué : se dit d’une disposition serrée et superposée d’organes laminaires, comme les tuiles d’un toit.

Imparipenné : qualifie une feuille composée qui possède un nombre impaire de folioles.

Incane : qui est abondement couvert de poils blancs.

Incise : se dit d’une feuille ou autre organe laminaire divisé en portions irrégulières.

Indument : ensemble de poils, glandes ou écailles qui recouvrent la surface d’un organe.

Infère : se dit d’un ovaire qui s’insère dans le réceptacle à un niveau inférieur à celui des sépales, pétales et étamines ; on dit alors que la fleur est épigyne. Voir Supère.

Infléchi : courbé vers le bas.

Inflorescence : désigne le système de ramification qui régit la disposition des fleurs, qui peut être très variable.

Infundibuliforme : qui a la forme d’un entonnoir.

Intriqué : enchevêtré, à rameaux et ramilles denses parfois entrecroisés.

Introgression : formation de populations présentant des caractères intermédiaires entre deux espèces suite à des processus d’hybridation.

Introrse : tourné vers le centre. Se dit des anthères lorsqu’elles sont orientées ou déhiscentes vers le centre de la fleur.

Involucre : ensemble organisé de bractées ou de bractéoles autour de certaines inflorescences, comme le capitule des Composées ou l’ombelle des Apiacées.

Involuté : qualifie les organes laminaires, comme les feuilles, lorsque leur bord se replie ou s’enroule vers l’endroit. Voir Révoluté.

Imberbe : voir Glabre.

Jonciforme : qui a l’apparence d’un jonc.

Lacinié : qui est divisé en lanières ou en est pourvu.

Laineux : à poils longs et plus ou moins ondulés, très doux au toucher et qui rappellent la laine.

Lancéolé : étroitement elliptique et terminé en pointe, comme un fer de lance.

Lanière : désigne les lobes généralement très profonds et étroits dans lesquels peut se diviser un organe laminaire.

Lanugineux : comme laineux, mais avec des poils plus courts.

Laticifère : qui contient ou produit du latex.

Légume : fruit monocarpellaire, sec, déhiscent à maturité par l’intermédiaire de deux valves, caractéristique des Fabacées.

Lenticelle : ouverture de forme lenticulaire située au niveau de l’écorce de nombreuses plantes et qui facilite les échanges de gaz.

Lenticulaire : en forme de lentille.

Lianoïde : qui est semblable ou qui a l’aspect d’une liane.

Ligule : limbe unilabié de la corolle des fleurs ligulées des Composées, qui peut s’achever en 3 ou 5 dents. Expansion membraneuse des feuilles des Poacées (graminées) situées à l’union entre le limbe et la gaine.

Limbe : partie élargie de la feuille, le plus souvent laminaire et plane.

Locule : loge, cavité.

Lobé : divisé en lobes.

Lobe : division plus ou moins profonde d’un organe laminaire.

Loculicide : qualifie une capsule à déhiscence par rupture longitudinale de chaque locule.

Lomentacé : relatif au lomentum ou à un fruit similaire.

Lomentum : fruit monocarpellaire, sec et indéhiscent, plus ou moins articulé, qui à maturité se scinde transversalement en divisions uniséminées, caractéristique de certaines Fabacées.

Longistyle : se dit d’une fleur au style long. Un des types de fleurs possibles de l’inflorescence du figuier. Voir Brévistyle.

Macroblaste : tige présentant des nœuds et entre-nœuds très visibles (longs).

Marcescent : se dit d’une feuille ou d’un autre organe qui, suite à son desséchement, reste en place sur la plante pendant une durée prolongée. Qualifie les plantes de ce type.

Médifixe : qui est fixé en son milieu.

Mellifère : qualifie une plante dont les fleurs produisent une quantité importante de nectar accessible aux abeilles, qui l’utilisent pour la production de miel.

Mésocarpe : couche intermédiaire du péricarpe, située entre l’endocarpe et l’épicarpe.

Miellat : exsudat sucré excrété par certaines plantes au travers des blessures produites par certains insectes. Le miel produit par les abeilles à partir de cette substance est appelé miel de miellat.

Microsporophylle : se dit d’une feuille plus ou moins transformée et qui porte des sacs polliniques.

Moelle : cylindre central du tissu parenchymateux dans les tiges et rameaux des plantes vasculaires.

Monochlamydé : se dit d’une plante ou d’une fleur à enveloppe périanthaire simple.

Monadelphe : androcée à étamines plus ou moins soudées par les filets et qui forment un faisceau unique.

Monoïque : qualifie une plante à fleurs unisexuées, dont les deux genres apparaissent sur un même pied.

Monosperme : qui ne contient qu’une seule graine.

Mucron : extrémité courte et pointue d’un organe.

Mucroné : se dit d’un organe dont l’extrémité présente une pointe courte et aiguë appelée mucron.

Mucronulé : qui présente un très petit mucron.

Multifide : divisé en nombreux lobes.

Multinervé : qui possède plusieurs nervures.

Mutique : arrondi, sans pointe.

Naturalisé : qualifie une plante introduite artificiellement dans une zone de laquelle elle n’est pas autochtone, et qui se multiplie par la suite et peut étendre sa distribution sans intervention humaine.

Naviculaire : en forme de nacelle ou de coque de bateau.

Nectar : exsudat sucré, comme celui produit dans de nombreuses fleurs ou autres parties des plantes. Il constitue une récompense pour les insectes pollinisateurs.

Nectaire : organe producteur du nectar.

Nervation : ensemble et mode de disposition des nervures d’un organe.

Noix : fruit sec et indéhiscent à enveloppe indurée.

Nuciforme : qui ressemble à une noix.

Nucule : petite noix. Nom donné à chacune des portions du fruit chez les Labiacées.

Nyctinastie : réponse à la lumière de certains organes des plantes, généralement laminaires (par ex., feuilles ou pétales), qui peuvent apparaître étendus le jour et repliés la nuit.

Nyctinastique : relatif à la nyctinastie, mouvement des organes de la plantes en réponse à la variation journalière de la lumière.

Obconique : en forme de cône renversé.

Obcordiforme : en forme de cœur renversé.

Oblancéolé : lancéolé, mais avec la partie distale plus large que la basale.

Oblong : plus long que large, allongé.

Obové : en forme d’œuf renversé.

Ombelle : inflorescence à fleurs dont les pédicelles naissent en un point unique formant une structure tridimensionnelle en forme de parasol.

Ombelliforme : en forme d’ombelle.

Ombiliqué : pourvu d’une petite dépression nommée ombilic.

Ombroclimat : type de climat défini en fonction des précipitations ou de la disponibilité en eau. Ombrotype.

Opercule : couvercle qui se détache d’un fruit ou d’un sporange à maturité.

Operculé : pourvu d’un opercule.

Opposé : qualifie les organes tels que rameaux, feuilles, etc., insérés par paires et l’un en face de l’autre.

Orbiculaire : arrondi, circulaire.

Ovaire : partie basale et davantage renflée du pistil, formée d’une seule feuille carpellaire ou carpelle, ou par plusieurs soudées entre elles, et qui contient les rudiments séminaux.

Ovale : de forme ovale, c’est-à-dire d’une ellipse légèrement excentrique. Dans le langage botanique, le terme « ovale » tend à être peu utilisé (précisément de la possible confusion avec ové), et à être directement substitué par « elliptique » ou « ové-elliptique ».

Ové : se dit des organes laminaires (comme une feuille ou un pétale) qui présentent la forme d’un œuf.

Ovoïde : se dit des objets tridimensionnels (la forme du houppier d’un arbre ou celle d’un fruit) qui présentent la forme d’un œuf.

Palmaticomposée : se dit d’une feuille composée dont tous les folioles s’insèrent à l’extrémité d’un pétiole commun.

Palmatifide : qualifie un organe foliacé à nervation palmée, fendu au maximum jusqu’à sa moitié en plusieurs lobes ou lanières.

Palmatipartite : se dit d’une feuille dont le limbe présente des lobes profonds (dépassant la moitié du limbe) et disposés comme les doigts de la main.

Palmatilobé : palmatifide, mais à lobes très obtus.

Palmatinervé : dont les nervures principales divergent toutes à partir d’un point unique.

Palmatisèqué : qualifie un organe foliacé à nervation palmée, divisé en segments séparés presque jusqu’à la base.

Palmé : se dit des organes laminaires, plus ou moins fendus, au sein desquels les lobules sont disposés comme les doigts d’une main ouverte.

Panicule : inflorescence composée, en forme de racème de grappes, au contour plus ou moins pyramidal.

Paniculiforme : se dit d’une inflorescence qui ressemble à une panicule.

Papilionacée : corolle zygomorphe caractéristique de la plupart des Fabacées (légumineuses), dont la forme rappelle celle d’un papillon.

Papille : petite rugosité conique-obtuse ou granuleuse.

Papilleux : qui présente des papilles.

Papyracé : qui a l’aspect et la consistance du papier.

Paripennée : se dit d’une feuille composée possédant un nombre paire de folioles.

Patent : se dit d’un organe qui forme un angle proche de 90 º avec l’axe sur lequel il est inséré.

Pauciflore : inflorescence à nombre réduit de fleurs.

Pétiole : support ou petite tige qui relie les feuilles à la tige ; les feuilles qui en sont dépourvues sont dites sessiles.

Pétiolule : chez les feuilles composées, nom donné au support ou à la petite tige qui relie chacune des folioles au rachis de la feuille.

Pétiolulé : qui présente un pétiolule.

Pectiné : se dit des segments ou folioles d’une feuille qui sont disposés de manière plus ou moins parallèle, comme les dents d’un peigne.

Pédicellé : qui présente un pied ou pédicelle.

Pédicelle : petite tige qui relie la fleur à la tige ou aux rameaux de l’inflorescence.

Pédoncule : support, organe portant. Dans une inflorescence, branches porteuses de fleurs. La petite tige reliant le fruit est appelée pédoncule au lieu de pédicelle.

Pelté : en forme de parasol ou de parapluie. Qualifie les poils ayant cette forme, ou les organes laminaires au sein desquels le pétiole s’insère en position centrale.

Pendant : qui retombe, suspendu.

Pentamère : qui comporte cinq parties ou divisions ; qualifie les verticilles floraux composés de cinq pièces.

Pétale : chacune des pièces de la corolle.

Pennatifide : se dit d’un organe laminaire (par ex., une feuille) pennatinervé, profondément découpé, mais dont les fentes n’atteignent pas le milieu du demi-limbe.

Pennatilobé : pennatifide, mais à lobes très obtus.

Pennatinervé : dont les nervures partent de chaque côté de la nervure principale.

Pennatipartite : se dit d’un organe laminaire (par ex., une feuille) pennatinervé, profondément découpé, et dont les fentes dépassent le milieu du demi-limbe.

Pennatiséqué : se dit d’un organe laminaire (par ex., une feuille) pennatinervé, profondément découpé, et dont les fentes atteignent la nervure centrale.

Penne : foliole d’une feuille pennée.

Penné : qui possède des pennes ou folioles.

Perfolié : se dit d’une feuille disposée de telle manière que la tige à laquelle elle est unie semble traverser son limbe.

Périanthe : ensemble des verticilles stériles d’une fleur, généralement constitués du calice et de la corolle.

Péricarpe : paroi du fruit, issue de transformations de la feuille carpellaire en cours de fructification.

Périgone : périanthe à pièces florales indifférenciées.

Phylloclade : tige modifiée, à l’apparence d’une feuille et qui remplit les mêmes fonctions, y compris la photosynthèse. Fréquentes chez les Asparagacées et les Ruscacées.

Piridion : fruit complexe, issu d’une fleur épigyne, composé, en marge des feuilles carpellaires, d’un réceptacle floral qui devient charnu. Il est caractéristique de nombreuses Rosacées, comme le pommier.

Piriforme : en forme de poire.

Pistil : organe femelle d’une fleur, composé d’une feuille carpellaire ou de plusieurs soudées ente elles, et fréquemment différencié en ovaire (à l’intérieur duquel sont logés les rudiments séminaux), style et stigmate.

Pléocase : inflorescence cymeuse au sein de laquelle, sous l’axe principal terminé en fleur, se forment au moins trois ramifications latérales florifères.

Pleurogramme : aréole ou marque sur les graines de certaines Fabacées.

Poilu : pourvu de poils.

Pollen : chez les plantes à graines, cellule protégée par une couche plus ou moins indurée et ornementée, qui se forme à l’intérieur des anthères et à partir de laquelle se forme un microgamétophyte.

Polygame : se dit d’une plante qui porte des fleurs unisexuées et hermaphrodites.

Polymorphe : de forme variable.

Polyploïdie : se réfère à une augmentation du patrimoine chromosomique des individus.

Polysamare : qualifie un fruit composé de plusieurs samares.

Précoce : dans une optique phénologique, se dit d’un organe qui apparaît avant un autre.

Prostré : qualifie une plante dont les tiges croissent couchées sur le sol, mais sans y prendre racine.

Pruineux : qui est recouvert d’une couche cireuse, la pruine, comme cela est communément le cas chez de nombreux fruits (par ex., la prune) et autres organes aériens.

Pseudanthe : qualifie une inflorescence mimant ou ressemblant à une fleur unique, comme le capitule des Composées.

Pubérulent : recouvert de très petits poils épars, légèrement pubescent.

Pubescent : recouvert d’une pilosité fine, souple et abondante, à l’apparence du velours.

Pustuleux : se dit des poils à base engrossée.

Pyrophyte : plante adaptée aux habitats périodiquement affectés par des incendies.

Racème : grappe, inflorescence possédant un axe principal duquel partent des fleurs pédicellées, qui se développent progressivement depuis sa base jusqu’à l’apex.

Racémiforme : se dit de l’inflorescence qui rappelle un racème.

Réceptacle : partie élargie du pédicelle floral sur laquelle s’insèrent les pièces périanthaires et les organes sexuels. Chez les Composées, partie plane, concave ou convexe, de l’extrémité du pédoncule, où s’insèrent les fleurs.

Rachis : désigne chez les feuilles composées pennées l’axe (prolongation du pétiole) sur lequel sont disposées les folioles.

Radicant : qui forme des racines.

Radié : chez les Composées, caractérise les capitules dont les fleurs du disque flosculeux et celles de la périphérie sont ligulées, comme dans le cas des marguerites.

Réniforme : en forme de rein.

Réticulé : en forme de mailles d’un filet, aux lignes entrelacées.

Rétrorse : dirigé vers l’arrière, en direction opposée au sommet de l’organe.

Rétus : se dit des feuilles, pétales, etc., lorsque leur apex est arrondi et présente une petite échancrure en leur milieu.

Révoluté : qualifie les organes laminaires, comme les feuilles, lorsque leur bord s’enroule plus ou moins vers la face inférieure. Voir Involuté.

Rhizomateux : qui possède un rhizome, c’est-à-dire une tige souterraine susceptible de produire des racines, des tiges aériennes et même des fleurs, et dont les feuilles sont réduites à des écailles membraneuses.

Rostré : qui est prolongé en forme de bec.

Rotacé : se dit des corolles gamopétales à tube très court et limbe étendu, patent, et qui rappelle la forme d’une roue.

Rudiment séminal : chez les plantes à graines, structure qui comprend le macrogamétophyte femelle au sein d’un nucelle, entourée à son tour d’un ou de plusieurs téguments. Ovule.

Rupicole : qui se développe dans les rochers.

Sacciforme : qui a la forme d’un sac.

Sagitté : en forme de fer de flèche et qui présente deux lobes basaux plus ou moins divergents.

Samare : fruit sec et indéhiscent pourvu d’une ou de plusieurs expansions laminaires ou ailes.

Sarmenteux : se dit d’une plante qui possède des rameaux ligneux allongés, minces et flexibles et qui peuvent s’appuyer sur les objets environnants ou ramper sur le sol.

Scabre : rugueux au touché.

Scarieux : se dit des organes laminaires plus ou moins membraneux, secs et translucides.

Sclérophylle : qui possède des feuilles dures, généralement épaisses, rigides, petites et persistantes, aptes à résister aux longues périodes de sécheresse.

Semi-infère : se dit d’un ovaire partiellement renfoncé dans le réceptacle floral, de manière à ce que les pièces périanthaires sont insérées à sa périphérie sur le bord de l’hypanthe. Cas intermédiaire entre un ovaire supère et un ovaire infère.

Septicide : se réfère au type de déhiscence, lorsque les lignes de rupture sont alignées avec le septe des carpelles.

Septum : cloison qui sépare les locules adjacents dans un ovaire syncarpe.

Séricé : se dit d’un indument de poils courts, fins, appliqués et un peu brillants, comme la soie.

Sessile : se dit d’un organe sans support, pétiole, pédoncule ou pédicelle.

Sétacé : aussi fin qu’une soie, comme un poil raide.

Séteux : pourvu de poils raides ou soies.

Silicicole : qui se développe uniquement ou préférablement sur des substrats siliceux (riches en silice), non calcaires, ou en zones décarbonatées du fait de l’abondance des précipitations.

Silique : fruit sec, allongé et étroit, à division interne en deux parties séparées par une cloison longitudinale, et qui s’ouvre à maturité par l’intermédiaire de deux valves

Sinué : chez un organe laminaire, lorsque le bord présente des sinus peu profonds.

Sinus : échancrure, dépression ou angle dans un organe laminaire, entre deux pièces soudées, dans un organe lobé, etc.

Soie : poil rigide.

Souche : partie souterraine et plus ou moins ligneuse des plantes vivaces, où naissent les racines et la tige.

Spadice : épis charnu, à fleurs généralement unisexuées et minuscules, fréquemment entouré d’une spathe, comme chez les Aracées.

Spathe : bractée de grande dimension (parfois double) qui entoure ou enveloppe une inflorescence.

Spathé : en forme ou ayant l’aspect d’une spathe.

Spatulé : en forme de spatule, élargi vers le sommet, ce dernier étant obtus ou tronqué.

Spiciforme : se dit d’une inflorescence lorsqu’elle ressemble à un épi.

Spinuleux : couvert de petites épines ou spinules.

Squamiforme : en forme ou ayant l’aspect d’une écaille.

Staminal : qui se rapporte aux étamines.

Staminode : étamine stérile, qui a perdu sa fonctionnalité, et qui peut être rudimentaire ou acquérir un aspect plus ou moins laminaire.

Stigmate : partie réceptive du pistil, située généralement au niveau de son apex, à laquelle adhèrent les grains de pollen en vue de la germination et du développement de la fécondation.

Stipe : désigne le tronc simple qui caractérise la plupart des palmiers et espèces proches (Arécacées).

Stipité : se dit des organes portés par un stipe ou un pied.

Stipule : chacun des deux appendices plus ou moins foliacés qui peuvent apparaître de chaque côté de la base du pétiole d’une feuille.

Stipuliforme : en forme ou ayant l’aspect d’une stipule.

Strobile : désigne les structures des conifères caractérisées par un axe principal et de nombreuses bractées disposées en spirale, sur la face adaxiale desquelles se trouvent les organes sexuels. Cône, pomme de pin.

Strophiole : excroissance charnue au niveau du hile, naissant du funicule ou du raphé de certaines graines, liée à la dispersion des graines par les animaux. Voir Arille.

Stylaire : qui appartient ou est relatif au style.

Style : partie supérieure du pistil, fréquemment en forme de petite colonne, au sommet duquel se situe le stigmate.

Subéreux : qui est pourvu de suber ou liège.

Subspontané : se dit des espèces exotiques qui échappent à leur condition de captivité ou de culture et qui se développent à l’état sauvage, sans parvenir à se naturaliser complètement.

Suffrutex : arbrisseau, petit arbuste ou petit sous-arbrisseau lignifié uniquement à la base.

Supère : se dit d’un ovaire qui s’insère dans le réceptacle au-dessus ou au même niveau que l’insertion des autres pièces florales (sépales, pétales et étamines). On dit également dans ce cas que la fleur est hypogyne. Voir Infère.

Sycone : infrutescence du figuier. Ensemble de fruits nombreux et très petits contenus à l’intérieur d’un réceptacle charnu sphéroïdale. La figue est un sycone.

Sympétale : se dit d’une fleur dont les pétales sont soudés entre eux au moins à la base, formant un tube.

Tépale : pièce périanthaire indifférenciée des fleurs à périanthe simple, ou de celles à double périanthe mais aux sépales et pétales semblables.

Terné : pourvu d’organes ou d’éléments identiques disposés par groupes de trois.

Testa : enveloppe externe de la graine.

Tétragone : qui présente quatre angles ou coins.

Tétramère : qui présente quatre parties ou divisions.

Thyrse : inflorescence racémeuse dont les branches latérales sont cymeuses, c’est-à-dire une grappe de cymes.

Tomenteux : qui est couvert d’une couche dense de poils, généralement ramifies, courts et serrés.

Tomentelleux : légèrement tomenteux.

Tomentum : couche dense de poils simples ou ramifiés, qui tapissent entièrement l’organe.

Toruleux : allongé et pourvu de renflements plus ou moins marqués, comme les perles d’un chapelet.

Trasové : voir Obové.

Trichome : désigne toute émergence épidermique (poils, écailles, papilles, etc.).

Trifide : qui est divisé en trois parties ou lobes.

Trifoliée : se dit d’une feuille qui possède trois folioles.

Trifurqué : qualifie un organe (par ex., une tige) qui se divise en trois bras ou branches.

Trigone : qui présente trois angles ou coins.

Trimère : qui présente trois parties ou divisions.

Trimonoïque : se dit d’une plante qui possède sur un même pied des fleurs mâles, femelles et hermaphrodites.

Trinervé : qui possède trois nervures.

Triquètre : qui présente une section triangulaire.

Tronqué : se dit des organes laminaires lorsque leur extrémité s’achève en un plan transversal, comme s’ils avaient été coupés.

Tuberculeux : qui est pourvu de petits renflements ou tubercules. Tubéreux.

Tubuleux : en forme de tube. C’est le cas par exemple

Turbiné : en forme de cône inversé, rétréci à la base et élargi au sommet.

Turion : jeune tige, à croissance généralement vigoureuse.

Unifolié : qui présente une foliole.

Uninervé : qui présente une seule nervure.

Urcéolé : en forme d’urne ou de coupe.

Utricule : fruit sec, semblable à un akène, mais renfermé dans une vésicule.

Vallécule : chez les fruits des Ombellifères, se dit des sillons qui séparent les côtes.

Valve : désigne, chez les fruits secs et déhiscents, comme les capsules, chacun des segments longitudinaux profonds dans lesquels se divise leur enveloppe à maturité.

Velouté : recouvert de poils fins et doux comme du velours.

Verticillastre : verticilles de fleurs ou de cymes de fleurs qui se succèdent, plus ou moins serrés, le long de l’axe de l’inflorescence de nombreuses Labiacées.

Verticille : ensemble des organes insérés au même niveau autour d’un axe lorsque leur nombre est supérieur à deux. Les pièces florales disposent habituellement de verticilles, de même que les feuilles, occasionnellement.

Vésiculeux : qui est relatif à la vésicule ou en forme de vésicule.

Villeux : qui est duveté, pourvu de poils longs et plus ou moins droits.

Viscide : qui est visqueux ou glutineux.

Visqueux : gluant, habituellement en raison de la sécrétion d’exsudats par des glandes.

Vitta : chez les fruits de certaines Ombellifères et Amaranthacées, désigne les canaux tubuleux oléifères.

Vrille : structure spécialisée, allongée et flexible, généralement issue de la tige ou de parties de la feuille, et permettant aux plantes grimpantes de s’accrocher.

Zygomorphe : se dit des organes, fleurs en particulier, à symétrie bilatérale, c’est-à-dire situés sur un même plan de symétrie.

Actualités

Deux nouveautés importantes pour connaître et conserver la flore authoctone du Maroc et de l’Égypte
Dos nuevas publicaciones importantes para conocer y conservar la flora autóctona en Marruecos y Egipto
Présentation du site web et ajout de nouvelles descriptions d’espèces
Adenocarpus faurei, la première espèce ligneuse du nord de l’Afrique à s’éteindre
Statut vert des espèces de l’UICN
Deux nouveaux experts se joignent à la révision des espèces.
Grâce à la revue botanique Al Yasmina, tout le contenu de la « Flore de l’Afrique du Nord » de René Maire est désormais aisément consultable.
Menu